Mise en oeuvre

Téléchargez le manuel de mise en oeuvre en cliquant ici !

 

Leur grande précision dimensionnelle permet un montage à sec des blocs pour constituer un mur qui est tout à la fois porteur, isolant et support du parement intérieur.

La première rangée se posera au mortier pour permettre une bonne planéité et un bon alignement. Cela permet également de bloquer le pied de mur et d’éviter tout mouvement lors du coulage du béton.
Les angles sont d’abord positionnés, puis les jambages des portes et portes-fenêtres et enfin les blocs courants.

Le dernier bloc est coupé à la mesure pour respecter la côte totale de la façade. Les joints verticaux sont croisés d’un demi-bloc pour assurer la continuité des montants verticaux supports de parement intérieur. A chaque rangée un fer Tor filant est positionné sur les écarteurs hauts. Il sera maintenu en place par les écarteurs bas de la rangée supérieure. Cette opération est répétée sur 4 rangées. On positionne alors les fers Tor verticaux dans les « lumières » des écarteurs et dans les angles de manière à former une trame treillis conforme aux règles de l’art ou aux normes parasismiques, si tel est le cas.
Un béton plastique est coulé dans les blocs pour assurer la portance du mur. Du collage de la 1ère rangée au coulage des 4 rangées, une seule journée suffit à une équipe de 3 maçons. Le lendemain, 4 rangées supplémentaires sont posées et coulées pour arriver à une hauteur d’étage. Une journée supplémentaire sera nécessaire pour les éléments particuliers (linteaux, arase…).

Une équipe de 3 maçons suffit pour réaliser les murs extérieurs d’une maison de 120 m² habitables de plain-pied en 3 jours.

Avec les techniques traditionnelles, le seul montage du mur porteur occupe 3 maçons pendant 7 jours. Si nous ajoutons 3 jours pour la pose de l’isolant extérieur et 2 jours pour les ossatures intérieures, nous arrivons à 12 jours.

Donc, pour un résultat équivalent, les temps de réalisation sur chantier sont divisés par 4.